Les vérités sur la performance de Swissroc Construction - Swissroc

Corporate18.10.2018

Les vérités sur la performance de Swissroc Construction

Avec une équipe élargie, toujours plus de projets entrants et l’ouverture, en janvier 2018, d’un pôle intégralement dédié à l’innovation, Swissroc Construction passe à la vitesse supérieure. Un coup de boost qu’elle doit, entre autres, à la mise en place en interne du BIM. Un choix stratégique qui porte aujourd’hui ses fruits. Explications. 

Swissroc Construction, l’entreprise totale de Swissroc Real Estate basée à Genève, a vu ces derniers mois son activité prendre un nouvel essor. Avec l’acquisition de chantiers plus ambitieux (lots d’immeubles résidentiels, foyers de jour pour EMS, bâtiments commerciaux…), Swissroc Construction n’est plus tout à fait la jeune structure qu’elle était il y a encore un an. « Petit à petit, on a commencé à chiffrer des chantiers de plus grande envergure et pour différents types d’affectations, et puis, l’année dernière, tout s’est enchaîné » constate François Favre, économiste récemment nommé Directeur Adjoint de la Construction, aux côtés de Xavier Canonica.

Un nombre significatif de chantiers entrants qui vient aussi justifier une croissance interne. L’entreprise totale compte désormais une équipe élargie de chefs de projets, chacun appuyé de conducteurs de travaux, d’architectes expérimentés en BIM, un noyau renforcé d’économistes de la construction, et, avec l’arrivée d’Edouard Souchko et de Serge Dudan, deux collaborateurs au réseau de premier ordre sur le marché immobilier suisse romand.

En janvier 2018, Swissroc Real Estate fonde sa première filiale Swissroc Building Intelligence, un pôle composé d’une quinzaine de spécialistes du BIM. Un choix qui s’inscrit dans la continuité des actions menées par l’entreprise. Plaçant la qualité et la satisfaction de ses clients au cœur de ses préoccupations, Swissroc a dès ses débuts fait de l’innovation sa marque de fabrique. Une vision à long terme au fondement même de l’entreprise, pour des constructions maîtrisées et un suivi précis des chantiers.

LE BIM, AU CŒUR DE L’ACTIVITÉ SWISSROC

Pour beaucoup, le BIM reste associé à de la modélisation 3D. Une conclusion hâtive et, de surcroît, erronée. Archicad, Revit, Allplan, Solibri, Tekla, Navisworks, Archibus,… tous des outils performants qui prouvent bien que le BIM va au-delà de la maquette numérique. Le BIM, ou Building Information Modeling, est en réalité un processus organisationnel, combinant et intégrant une multitude de logiciels interconnectés, qui permet la gestion complète du cycle de vie d’un bâtiment : conception, réalisation et maintenance. « Le BIM est bien plus qu’un support informatique », confirme Antonio Cordero Castro, Head of Architecture de Swissroc Building Intelligence et BIM Manager. « Le BIM permet de réduire et d’anticiper drastiquement les risques liés à la construction. Avec le BIM, c’est une multitude de données propres qui sont centralisées dans un modèle et donnent aux architectes, comme à la direction de travaux, une vision globale de chaque projet pour assurer derrière la maîtrise d’ouvrage et l’exécution. » Et à terme, optimiser son exploitation.

Un avis partagé par Julien Fersing, Directeur de Swissroc Building Intelligence, filiale dédiée à l’innovation et BIM Expert. Le BIM regorge d’atouts, mais encore faut-il comprendre l’enjeu de son intégration. « Quand on décide de passer au BIM, l’ensemble de l’entreprise doit être réorganisée. Les chefs de projets, les conducteurs de travaux, les architectes, les économistes, les chargés d’affaires, et même les assistantes commerciales sont concernées par cette digitalisation complète des activités. Swissroc étant une entreprise offrant plusieurs services, l’impact était d’autant plus grand. Nous avons recruté de nouveaux employés tournés vers l’innovation, de nouveaux métiers ont été créés, nous faisons appel à des BIM Coordinators, BIM Technicians and Modelers, Information Managers, Data scientists, Computer Graphics Artists, … » 

Equipe de Bim technicians et coordinateur travaillant sur des modèles 3D
Antonio Cordero Castro, Head of Architecture de Swissroc Building Intelligence et BIM Manager, en réunion avec nos architectes d’exécution.

À l’origine de son implantation dans les bureaux de Swissroc en 2016, Julien Fersing forme au quotidien les équipes internes. Cette transition numérique, vers une méthode de construction 100% BIM, s’est fait de manière progressive. « Menée par le BIM Manager, c’est toute une équipe d’experts qui doit évoluer dans la même direction et travailler suivant un processus commun. C’est avant tout une démarche collective.». Une transition digitale et une vision innovante de la construction, aujourd’hui intégralement adoptée par les équipes et qui porte ses fruits :

Depuis 2018, Swissroc Construction a franchi un nouveau cap avec l’introduction du niveau II du BIM, nommé également clash detection.

 « Ce qui change par rapport au niveau I, c’est l’interopérabilité des divers logiciels métiers exploités par les différents intervenants du projet. C’est vraiment là que la collaboration commence. Chacun produit une maquette numérique 3D mais grâce à un langage informatique commun, les différents modèles sont développés de concert et sont échangés en vue de produire un seul modèle interdisciplinaire fédéré. Cette phase de coordination en BIM, également appelée clash détection, permet la détection de conflits avant travaux de manière beaucoup plus efficace que lors d’une coordination traditionnelle », explique Antonio Cordero Castro, Head of Architecture de Swissroc Building Intelligence et BIM Manager.

Après une phase d’expérimentation réussie, l’entreprise est passée en phase de déploiement progressif sur l’ensemble de ses projets. D’ici 2019, c’est 100% des réalisations Swissroc qui intégreront cette technologie.

 

UN INVESTISSEMENT SUR LE LONG TERME, MAIS UN INVESTISSEMENT GAGNANT ?

« Bien sûr, les responsables commerciaux sont là aussi pour générer des affaires, il y a des équipes dédiées au business development. Le succès de Swissroc n’est pas dû qu’au BIM ! Mais grâce à lui, les architectes d’exécution, en collaboration avec les chefs de projet, sont plus à même d’assurer une direction architecturale optimale. Les chefs de projet, eux, peuvent alors gérer davantage de projets en simultané tout en garantissant le bon déroulement des travaux. La qualité d’exécution n’en est que meilleure.»

 « Le BIM a eu un impact positif sur notre activité mais il a aussi largement contribué à l’épanouissement de nos équipes . »

Thang Nguyen – Directeur Finance et Stratégie

Des avantages techniques qui vont de pair avec la vision avant-gardiste revendiquée par l’entreprise : « C’était peut-être un investissement colossal pour une structure comme la nôtre, mais le BIM, c’est aussi notre avantage compétitif de demain. », développe Thang Nguyen, Directeur Finance et Stratégie de Swissroc Real Estate. Un pari gagnant. « Non seulement nous nous sommes positionnés en tant que précurseurs sur le marché romand, mais depuis que nous avons intégré le BIM dans nos bureaux, tous nos employés s’inscrivent dans une démarche collective, ils sont tournés vers l’innovation, vers l’avenir. Un nouvel état d’esprit en phase avec les attentes de nos clients, tous à l’affût de dernières tendances. Le BIM a eu un impact positif sur notre activité mais il a aussi largement contribué à l’épanouissement de nos équipes. La cohésion interne s’en est trouvée améliorée. Et ça, c’est un vrai plus. »

BIM-Suisse-Swissroc-Avantages

L’utilisation de la méthodologie BIM représente de nombreux avantages. Des atouts qui concernent tous les acteurs impliqués dans la construction d’un bien immobilier :
 

Réduction des risques.  La coordination entre les différentes disciplines (ingénierie civile, ingénieries techniques et architecture) est entièrement réalisée à l’aide de modèles 3D. Un contrôle optimisé en amont qui réduit drastiquement les risques en phase de constructions ;

Augmentation de la qualité.  La modélisation de toutes les disciplines améliore également la constructibilité en phase de planification. L’utilisation de la 3D encourage une meilleure compréhension du projet par tous les acteurs clefs liés au projet et facilite les modifications et ajustements en cours de chantier ;

Optimisation de l’exploitation. La gestion intelligente et intégrée des informations centralisées encourage une meilleure gestion de la maintenance des bâtiments (Gestion de l’occupation et de l’énergie, maintenance prédictive, gestion des accès et accès à l’information, monitoring continu des performances sur bâtiment, etc.).

Des mandataires et des sous-traitants rapidement convaincus, « certaines personnes peuvent se montrer résistantes, elles appréhendent le changement. Mais très vite, après avoir été accompagnées dans leurs démarches, elles constatent que travailler avec le BIM est plus pratique et plus clair pour tout le monde. On y gagne en efficacité, les échanges sont plus dynamiques, transparents, on obtient des réponses et des validations beaucoup plus facilement. Il y a moins de contretemps et les risques liés à la construction peuvent être anticipés. » confirme François Favre, Directeur Adjoint de la Construction.

Avec le BIM, Swissroc Construction se trouve entourée d’une équipe de professionnels de l’immobilier, tous mobilisés autour d’une vision forte portée par les fondateurs de Swissroc : utiliser l’innovation comme levier d’optimisation pour proposer aux clients, partenaires et mandataires, un service à forte valeur ajoutée.

LE BIM, TESTÉ ET APPROUVÉ DANS LE RESTE DU MONDE

En juin 2017, l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle qualifiait la Suisse de pays le plus innovant au monde. Une place qu’elle décroche pour la 7e année consécutive devant la Finlande, le Danemark, l’Allemagne et même les États-Unis.  Un constat qui diffère pourtant dans le secteur de la construction, puisque la Suisse ne s’est pas encore décidée à adopter intégralement le BIM, contrairement à ses voisins européens.

Une transition déjà bien amorcée dans le reste du monde, donc : en 2007, le Danemark et la Finlande réclament que la méthodologie BIM soit obligatoire au sein des projets soumis par les agences gouvernementales. La Norvège a décidé d’utiliser le BIM pour la totalité du cycle de vie des constructions. Plus récemment, en 2016, la Grande-Bretagne a imposé une application poussée du BIM pour la construction de bâtiments publics, de même pour l’Espagne et les Etats-Unis, un an plus tôt, en 2015.

En développant Swissroc Building Intelligence, une filiale spécifiquement dédiée à l’innovation, Swissroc se positionne comme un acteur avant-gardiste sur le marché de la Construction en Suisse romande et marque une fois de plus sa volonté d’incarner la digitalisation du secteur immobilier sur le sol helvétique. 

Lors de son ouverture officielle en janvier 2018, Julien Fersing, Directeur de Swissroc Building Intelligence, expliquait déjà les futurs bienfaits d’une telle décision : « Au sein de ce nouveau département, nous allons innover avec une conception, une communication ainsi qu’une gestion 100% digitale de nos projets immobiliers, d’abord pour la Suisse, mais à terme, qui sait, peut-être aussi pour des projets à destination d’une clientèle internationale. Le groupe se développe à vitesse grand V et nous avons toujours eu pour ambition, en interne, de mener à bien des projets d’envergure. Par l’intermédiaire de cette filiale, nous espérons ouvrir le groupe à d’autres horizons, à d’autres challenges. » Avec Swissroc Building Intelligence, Swissroc prend une toute autre dimension.

 

Les vérités sur la performance de Swissroc Construction

Articles en relation