LES AVANTAGES DU BIM

Arch. & Tech.31.10.2018

LES AVANTAGES DU BIM

C’est devenu le mot à la mode dans le milieu de la construction. Le BIM, Building Information Modeling est aujourd’hui sur toutes les bouches. Si des pays comme le Royaume-Uni, le Danemark ou encore Singapour sont très avancés en la matière, le rendant notamment obligatoire pour tous les mandats publics, le BIM est encore relativement peu développé en Suisse. Innovante, Swissroc Construction a compris très tôt les enjeux de sa mise en place.  Lumière sur le BIM et sur les avantages qu’il offre aux Maîtres d’ouvrage.

Qu’est-ce que le BIM ?
Le BIM (Building Information Modeling) est souvent assimilé à un logiciel ou à une technologie mais en réalité, il est bien plus que cela. Le BIM est avant tout une façon de travailler. Grâce au digital twin (maquette numérique), représentation en 3D d’un projet, l’ensemble des informations et données nécessaires à sa réalisation sont centralisées. Le BIM représente la méthode collaborative par laquelle ce matériel est géré de manière à être exploité et partagé entre tous les acteurs et ce, tout au long du cycle de vie du bâtiment. 

A quoi sert-il ?

Le BIM représente une véritable occasion d’introduire le digital dans un milieu pendant longtemps resté figé. L’objectif, répondre de manière efficace aux défis rencontrés pendant les étapes de construction d’un bâtiment et bien au-delà.

Il permet de :

Mieux concevoir : offre une meilleure compréhension de l’ouvrage, permet de faire les bons choix grâce aux données et optimise l’étude des coûts.

Mieux bâtir : anticiper les difficultés, respecter les délais tout en garantissant une organisation du chantier stable et durable.

Mieux exploiter : anticiper et simuler l’évolution de l’ouvrage dans le temps et optimiser la maintenance.

De quoi se compose-t-il ?

Le BIM se compose de divers sous-ensembles de données qui sont catégorisées en termes de dimensions. Indépendante mais interconnectée, chacune vient enrichir le digital twin en fonction des besoins du projet. 

 

Comment évolue-t-il?

Le BIM a plusieurs niveaux de maturité :

Niveau 1 :  Aussi appelé lonely BIM. Chaque acteur du projet publie et met à jour ses données individuellement sur son modèle avec son logiciel. Le partage et la diffusion des plans et données se fait en 2D et en 3D mais pas de manière intégrée.

Niveau 2 : Ou coordination en BIM. Chacun produit un digital twin mais ce qui change par rapport au niveau 1, c’est la manière d’échanger ces modèles. Ceux-ci sont développés de concert et sont échangés en utilisant un format de fichier IFC qui en tant que langage commun, permet d’assurer l’interopérabilité des logiciels métiers. Il est alors possible de combiner tous les modèles en un modèle fédéré grâce au savoir-faire du BIM Coordinateur du projet. Celui-ci établit des rapports de synthèse nommés clash détection, qui comme leur nom l’indique, permettent la détection de conflits avant chantier de manière beaucoup plus efficace qu’auparavant.

Niveau 3 : C’est l’objectif à atteindre. Le « Saint Graal » du BIM. Ici chaque intervenant travaille directement sur un modèle unique et centralisé durant toute la durée de vie d’un ouvrage. Cette collaboration totale soulève toutefois des problématiques de propriété intellectuelle, de responsabilité et de réglementation quant à l’accès au digital twin. Cette étape du « BIM intégral » n’est pour le moment pas possible technologiquement.

Le BIM à l’œuvre chez Swissroc Construction

Swissroc a adopté une démarche proactive en se positionnant comme précurseur du BIM en Suisse. Déjà plus de 15 projets utilisant des technologies innovantes ont vu de jour depuis 2015.

En 2018, elle a ouvert une filiale dédiée à l’innovation dans le secteur de l’immobilier, Swissroc Building Intelligence. « Nous nous sommes donnés les moyens d’anticiper les mutations du marché et d’en relever les défis. En tant qu’entreprise générale, nous avons l’habitude de gérer des projets de manière collaborative. Le BIM s’inscrit dans cette logique pour nous aider à aller plus loin », explique Antonio Cordero Castro, Head of Architecture de Swissroc Building Intelligence et BIM Manager.

Un pari sur l’innovation gagnant, puisque l’entreprise générale est aujourd’hui l’une des rares entités helvétiques à maîtriser le BIM de niveau 2. 

« Les possibilités offertes par le BIM sont exponentielles. Le BIM est un monde en marche. Il faut être en veille permanente. Nous progressons de manière pragmatique. Sans cesse à l’affût des dernières technologies », ajoute ce dernier.

Quels sont ses avantages ?

Le BIM change la façon de travailler des acteurs d’un projet. « Avec le BIM, architectes d’exécution, ingénieurs civils et ingénieurs CVSE, passent d’un mode de travail séquentiel à un mode de travail simultané permettant d’actualiser en continue les données du projet. Tout le monde avance ensemble de manière collaborative au bénéfice du client », précise Antonio Cordero Castro, Head of Architecture de Swissroc Building Intelligence et BIM Manager.

Avantages pour les Maîtres d’ouvrage

Une prise de risque minimisée : Les outils technologiques permettent d’effectuer des chiffrages justes et précis. Le client dispose ainsi d’informations pertinentes pour assurer la faisabilité du projet. Le bâtiment est simulé en 3D et les conflits détectés et corrigés avant le début des travaux. Les imprévus sur le chantier sont ainsi diminués.

Respect de coûts et des délais : Les informations sont centralisées et accessibles à tous les acteurs du projets. La communication est facilitée et la collaboration plus efficiente. Le projet est ainsi coordonné et piloté de façon précise et dynamique. Les budget et délais sont maîtrisés. Le client gagne en sérénité.

Hausse des standards de qualité : La vérification des critères fonctionnels et énergétiques est facilitée ce qui permet de satisfaire un niveau d’exigence élevé. Il en découle une amélioration de la qualité des bâtiments.

Augmentation de la visibilité du Maître d’ouvrage : Grâce à la modélisation 3D, le client dispose d’une vision claire sur la finalité du projet et peut se projeter. De plus, les outils technologiques mis à disposition lui permettent d’accéder à tout instant et à n’importe quel endroit aux informations clés. Consulter les plans ou encore visualiser un récapitulatif financier devient possible.

Optimisation de la maintenance : Le modèle 3D regroupe l’ensemble des caractéristiques physiques et fonctionnelles du bâtiment. Il représente une source d’informations indispensable pour la gestion et l’opération des installations, ainsi que lors des travaux d’entretien. Il permet d’accroître l’efficacité opérationnelle des différents intervenants qui ont un accès direct aux informations dont ils ont besoin sur le terrain. Celles-ci sont mises à jour en temps réel. La base de données 3D reflète ainsi en permanence de la réalité du bâtiment.

Articles en relation